Comment le spectacle est-il entré dans votre vie ?

À 20 ans, je réalisais toutes sortes d'objets et de personnages en pâte à sel que je vendais sur les marchés. Parallèlement, j'étais bénévole à la bibliothèque du village et je racontais des histoires aux enfants. Un jour, j'ai eu l'idée de faire intervemir des personnages en pâte à sel dans le récit et j'ai commencé à écrire un spectacle dans lequel les enfants intervenaient aussi, en modelant des petites choses. « Tréflounet et Cie » a eu du succès dans les écoles et je suis devenue intermittente du spectacle.

Imaginiez-vous alors le parcours qui est le vôtre ?

J'en ai déjà obtenu aujourd'hui plus que ce dont je pouvais rêver... rien qu'avec de la farine, de l'eau et du sel ! Au cabaret du Bouffon à Cinq Pattes, on donne beaucoup d'énergie et de nous-mêmes mais on en reçoit autant du pulic. Le spectacle vivant, c'est la générosité. C'est merveilleux de pouvoir toucher tout le monde.

Comment voyez-vous la suite ?

J'ai plein d'idées, ça bouillonne en permanence, et je me sers de ce que la nature m'a donnée. À 45 ans, je pense que je pourrai donner le meilleur de moi-même plus tard, dans l'écriture. En attendant, je me passionne pour des tas de choses. Pour moi, il n'y a aucune séaration entre ce que je fais au niveau professionnel et ce que je suis.